Catégorie : News

Sept nouveaux titres en stock !

Troisième confinement, même s’il nous paraît moins brutal que le premiers, c’est quand même lourd. Très occupé en ce moment, je trouve un peu de temps pour entrer dans ma base de données les derniers titres déchiffrés pour les élèves. Tout d’abord, un vieux Red Hot Chili Peppers : « My Lovely Man » du bon vieux Blood Sugar Sex Magic ! Suivent un arrangement pour petit loup d’Henri Dès, un Earth Wind and

Enregistrement des Fantômes du Jours !

Notre premier album sortira d’ici la fin d’année. Les enregistrements sont presque finis et ça va être superbe ! On est content, ça nous console un peu de cette pénible impossibilité de faire des concerts. Vite que ça s’arrête ! Une grosse activité qui m’a un peu empêché d’avancer sur les préparations de cours. Merci à tous pour votre patience ! Je me rattrape ce début d’année avec sept nouveaux morceaux demandés par

Dernières entrées de 2020 !

Cinq nouvelles partitions viennent agrémenter la liste et porter le tout à 476 ! Un Kiss pour commencer, avec “I was made for lovin’ you”. De l’amour vache sans doute mais bien efficace ! Suivi par No Doubt, “I’m just a Girl”, ce qui tombe pas mal avec le titre précédent. Suivent un Garou avec “Seul” pour les francophiles, un Dire Straits avec “Money For Nothing” et enfin un groove

Rentrée Funk !

C’est donc la rentrée pour tout le monde. Ambiance toujours aussi nébuleuse, que ce soit au niveau sanitaire ou bien géopolitique… On s’accroche et on s’attaque à cinq nouveaux morceaux déchiffrés : The Waterboys avec “Glastonbury Song”, une pop plutôt cool, “Lasso” de Phoenix, là aussi du pop-rock sympa. Deux morceaux faciles avec du gros son de Linkin Park : “Numb” et “Breaking the Habits”. De plus, je finis le

Shining !

En plein été, les transcriptions continuent avec deux titres signés Genesis. Le thème parle d’une maison hantée. C’est super, j’aime bien ! « Home By The Sea » et « Second Home By The Sea » qui se suivent sans pause dans l’album titré Genesis. Un autre morceau de la même période : « Head over Heels » de Tears for Fears, sur le thème des histoires d’amour qui finissent mal en général. Avant les eighties,

Grosse Livraison !

Dernières transcriptions : une des plus mémorables ligne de basse pop avec « Sledgehammer » de Peter Gabriel. Interprétée par Tony Levin à la basse, qui porte tout le morceau avec cette ligne doublée par un octaver. Certainement, avec Anthony Jackson et Leland Sklar, un des grands Maîtres discrets de la basse ! « Barbary Coast » de Weather Report, groove sublime, avec pleins de notes, d’un des plus grands bassistes : Jaco Pastorius.

Plaisirs Coupables.

Dans la série des plaisirs coupables, un vieux morceau bien à nous : « Magnolias For Ever » de Claude François ! « Ah Bruno, j’ose pas trop te demander… Tu pourrais me déchiffrer ce morceau ? Je le trouve super et… » En musique, il ne faut rien se refuser, sans compter que ça joue grave sur ce titre ! Dans ma besace, j’ai également ajouté un Bruce Springsteen : « Out in the

Deux nouvelles transcriptions.

Telegraph Road, de Dire Straits. La version live, c’est un long morceau épique de douze minutes. En photo, on peut voir le grand bassiste du groupe : John Illsley. Le second morceau est plutôt orienté Big Band funk : Bacchus de The Headbangers avec Nicolas Gardel. Grosse section de cuivres, groove de basse et de synthé biens sentis !

Derniers morceaux déchiffrés.

Deux Renaud, « Je suis une bande de Jeunes » et « Dès que le vent soufflera ». Hiromi Uehara, « Spark » avec une structure rythmique pas évidente et l’incroyable Anthony Jackson à la basse. Dire Straits avec « Southbound Again » ou encore « I wanna mary you » de Bruce Springsteen. « Armstrong » pour les contrebassistes, de Claude Nougaro et enfin Elton John, avec « Restless ». 454 partitions en stock ! En photo, Anthony Jackson, dans les 70’s !

Coronavirus

C’est pendant la période de confinement qu’est né ce site. Étonnant patronage. Entendra-t-on cet été sur des plages quasi désertes bien qu’ensoleillées le tube du moment : la Covida ? C’est assurément une drôle de période que l’on vit actuellement. Je la vois un peu comme un climax Orwellien. La vision exacerbée d’une société infantile qui se remet corps et âme sous la bienveillante protection d’un État qui se voudrait